Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

olrach.overblog.com

olrach.overblog.com

Blog littéraire.


Qui pense trahit

Publié par olrach sur 11 Septembre 2014, 08:33am

 

 

            Dans un précédent tome du Dernier royaume, Pascal Quignard s’intéressait à la figure des désarçonnés, de ceux qui à l’image de Saint-Paul ou de Montaigne furent comme accidentellement saisis par le surgissement du Temps. Avec ce dernier ouvrage, l’auteur prolonge son questionnement en sondant le vif de la pensée, son irréductible sécession, le bond que celui qui pense accomplit hors de la meute. A côté de ceux qui ont donné leur vie d’avoir pensé, tels Socrate ou Giordano Bruno brûlé vif sur la place des fleurs à Rome, il y a l’expérience du vide dans lequel affleure ce dessaisissement de soi que de Tchouang-Tseu à Bataille, en passant par Apulée ou Spinoza, ont vécu tous ceux qui se sont, de gré ou de force, exilé de leur temps et de la grégarité de leurs contemporains.

            L’érudition de Quignard peut souvent impressionner, fasciner même et pétrifier mais c’est sans compter sur les fulgurances et les épiphanies linguistiques qui relancent toujours une réflexion en allant. A l’instar de ce rapprochement entre deux étymons grecs, le nous désignant l’esprit et le noos, le flair. « La pensée hume l’espace comme le flair. Elle subodore. » L’acte de penser se situe toujours en amont de la traque animale, de la prédation primaire qui donne encore sa raison d’être aussi bien au désir sexuel, au déchaînement de la guerre, à la concurrence des places, qu’au commerce et au mariage pour tous. Il appartient au monde sensible et s’inscrit dans une logique de la sensation, « errance sauvage de la pensée, d’origine chamanique ». Quignard est hanté par la matrice originelle, par le chaos primordial, la nuit sexuelle que nous continuons de hanter ou qui nous hante, sans que nous ne le sachions toujours.

            Il est dès lors difficile de ne pas mettre en parallèle l’étrange palinodie culpabilisante à laquelle se livre en cette rentrée littéraire Emmanuel Carrère dans Le Royaume et cet embrasement de la pensée auquel Quignard se livre dans un ultime tome de son Dernier royaume qu’il définit comme « le singulier pays où la nudité animale et la langue culturelle se touchent perpétuellement sans jamais pouvoir s’assembler. » Contrairement à Carrère, Quignard est résolument athée et sait renvoyer dos à dos philosophie et religions (notamment bouddhiste qui pour Carrère semble être un avatar des débuts de la chrétienté), dans leur incapacité à cerner l’hallucination verbale qui incendie le cœur de ce qui pense. Là où l’auteur du Royaume ne semble pas en avoir fini avec ses démons intérieurs et croit déceler entre notre début de XXI e siècle un chaos rappelant le début de notre ère, l’auteur de Mourir de penser interroge avec une plus grande acuité la filiation impensable entre le daimon grec que Platon définissait comme « une certaine voix qui me détourne de ce que je m’apprêtais à faire » et les démons ou les diables prenant possession d’une âme humaine enfin apprivoisée par des impératifs et des dogmes religieux aujourd’hui sécularisés. Ne sommes-nous pas plutôt en train d’agoniser, à petit feu intérieur, de ne pas encore savoir penser ?

 

Pascal Quignard, Mourir de penser, tome IX « Dernier royaume », Editions Grasset.

Qui pense trahit

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents