Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

olrach.overblog.com

olrach.overblog.com

Blog littéraire.


Le mystère de l'horloge noire

Publié par olrach sur 22 Septembre 2015, 13:07pm

 

            L’empereur du Saint Empire Romain Germanique vient d’abdiquer le trône des Pays Bas et s’apprête à transmettre ses possessions et ses titres à son fils Philippe qui deviendra roi d’Espagne et à son frère Ferdinand. Nous sommes en 1555. L’empereur est las des conquêtes qui ont jalonné sa vie, des rivalités avec le royaume de France ou avec la papauté. Rome a été mise à feu et à sang, en 1527. Il est en partance pour le monastère de Yuste, en Estrémadure. Charles Quint se passionne, dans ses dernières années, pour les mécanismes encore complexes de l’horlogerie dont la mesure du temps rivalise avec le temps éternel d’une Eglise que les guerres de religion mettront aussi à feu et à sang. Une horloge noire, dont le mécanisme semble grippé et portant d’étranges inscriptions, ne cesse de le fasciner. Aussi cherchera-t-il à sonder le mystère de ce mécanisme calqué sur le fonctionnement même des astres célestes et prétendant que « le soleil ne se couche jamais ». Les courtisans y voient, en toute servilité, une allusion à un empire dont Charles Quint n’a cessé de repousser les frontières mais seul, un moine hérétique de Cordoue sera à même de percer l’insondable énigme qui est aussi celle du Temps et de la révolution copernicienne en marche.

            Amélie de Bourbon Parme relate de façon haletante la quête éperdue d’un homme soumis aux aléas du temps, vaincu peu à peu par la maladie de la goutte qui pétrifie ses dernières ambitions. Le secret de l’empereur est l’histoire d’un renoncement à la volonté toute puissante de comprendre le monde par des clefs qui apparaissent déjà anachroniques, comme si la faim de puissance était toujours supplantée par la voracité du Temps. Si les empires s’écroulent toujours dans un affrontement mimétique qui favorise la montée inéluctable aux extrêmes, les hommes échouent quant à eux à maîtriser les plaques tectoniques du Temps qui les emporte dans son absolue domination. Leçon morale et politique d’une acuité salvatrice, le second roman d’Amélie de Bourbon Parme devrait être une des œuvres incontournables d’une rentrée littéraire toujours trop fade. Je lui décerne mon prix Médicis.

 

            Amélie de Bourbon Parme, Le secret de l’empereur, Edition Gallimard, Collection « L’Infini ». 

Le mystère de l'horloge noire

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents