Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

olrach.overblog.com

olrach.overblog.com

Blog littéraire.


Roman sous presse

Publié par olivier rachet sur 10 Avril 2017, 18:28pm

      Voilà un cas unique de continuation de la révolution textuelle par d’autres moyens. Trente années après la publication par Sollers de Paradis, Guillaume Basquin reprend le flambeau et se lance dans la rédaction d’un roman en caractères italiques gras dont la ponctuation audible n’est pas visible. L'image est / et le son. Un lecteur malentendant n’y verrait que flux continuel, logorrhée verbale, roman-fleuve. Un lecteur érudit confierait, dans un soupir, qu’il s’agit au mieux d’un exercice d’admiration, au pire d’un pastiche. On aimerait entendre l’avis du principal intéressé, Sollers lui-même pour lequel on suppose qu’une telle publication permanente n’a pas de prix. (L)ivre de papier relève pourtant beaucoup moins du plagiat que du manifeste. Cut (up), fondu au noir ou au rouge sang comme dans Cris et chuchotements de Bergman, gros plan, coupures, collures viennent interrompre le flux verbal et rappeler le rôle moteur du montage et de la composition. Basquin se distingue de l’auteur de Paradis par la passion qui est la sienne du septième art dont il regrette la disparition programmée. Le numérique, numéraire et comptable d’un déclin annoncé, a supplanté l’analogique dans lequel le romancier continue d’entendre le règne d’une logique bien imprévue. « Une Guerre de droit ou de force » comme l’écrivait Rimbaud.

       Les images en 35 mm viennent ainsi ponctuer l’écriture d’un ouvrage choral placé sous la catégorie du Chant. On songe à Homère, à Virgile, à Ezra Pound. Mais c’est à Joyce que l’auteur se réfère le plus souvent, rendant hommage avec Finnegans Wake au « premier effort de dramatisation des moyens mêmes de communication ». En trente ans, les projections du cinématographe ont lentement disparu, les réseaux sociaux ont pullulé, la seule révolution dont on soit comptable serait d’ordre numérique. La distribution (qui n’a rien à envier à sa grande sœur des centres commerciaux) a emboîté le pas à la projection, l’alignement des pixels a supplanté le tremblé de l’image de cinéma : « maintenant on sait que c’est la position aléatoire des sels d’argent sur la pellicule cette agitation des particules dans l’émulsion qui crée la profondeur et la vibration de l’image projetée tandis que le numérique ne peut être qu’un alignement mathématique de pixels ». « Le cinéma était un pochoir à travers lequel la lumière se déposait sur une pellicule » écrivait Peter Kubelka, qu’en reste-t-il ? De lointains échos dans quelques cinémas du Quartier Latin, à Paris. Antres caverneux où défilent encore Les Contes de la lune vague après la pluie, Œdipe roi, Nuit et Brouillard ou Rocco et ses frères. Tout comme défilent ces lettres et ces mots imprimés en « bold italic » sur papier bouffant « Munken Print Cream ».

       Si Sollers ou Jean-Jacques Schuhl, auquel Guillaume Basquin a consacré un essai Du dandysme en littérature, avaient en ligne de mire la révolution du télex, notre romancier pense que l’avenir de l’écriture sera circulaire ou ne sera pas. A chaque bref instant commence l’écriture, c’est-à-dire l’être, la musique. La gigue, la ritournelle, l’éternel retour des sons et des images. C’est toute une conception du Temps qui ici est en jeu avec laquelle on ne transigera pas. Que le Temps soit cyclique, les philosophes présocratiques déjà en avaient l’intuition. La rotation des machines d’enregistrement et de projection - et pourtant elle tourne ! se serait exclamé Louis Lumière devant la machine à coudre de sa mère - ne fait que prolonger les premières techniques d’impression dont il nous arrive de retrouver des traces près de la Mer Morte ou au fin fond de la Bastille. Des rouleaux de Qumran aux papiers enroulés du marquis de Sade, tout n’est que poussière de vent et rose poussière d’atomes et de vent : « pour imprimer il fallait aussi que ça tourne sumer 3 500 ans avant notre ère petits sceaux cylindriques qu’on fait rouler sur de petites tablettes d’argile pour imprimer des scènes de la vie quotidienne ».

       Et pourtant, elle continue de tourner la machine textuelle mise en branle par les avant- gardes littéraires des années 70 ! Que Guillaume Basquin entre avec fracas en littérature en faisant, à son tour, tourner la bibliothèque dans tous les sens résonne moins comme une oraison funèbre qu’un immense appel à faire virer les gouffres. Et encore un bloc d’abîme...

               Guillaume Basquin, (L)ivre de papier, éditions Tinbad. 

Roman sous presse

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents