Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

olrach.overblog.com

olrach.overblog.com

Blog littéraire.


Céline pamphlétaire

Publié par olivier rachet sur 19 Janvier 2018, 17:26pm

   Qu’on le veuille ou non, l’œuvre du plus grand romancier français du XXe siècle reste amputée ! Inutile d’ergoter sur les raisons ayant poussé les éditions Gallimard à différer leur projet de publication des pamphlets à l’odeur de soufre. On apprend d’ailleurs à ce propos que la pratique de la danse conserve mieux que le travail éditorial puisque Lucette Destouches, à 105 ans, semble se porter comme un charme. Elle a du moins la force de prendre le contre-pied de toutes les compromissions du siècle et se fout, comme de l’an 40, du politiquement correct qui règne aujourd’hui en maître. Mes amitiés chère Lucette, vous avez encore de beaux jours devant vous !

   Qu’en est-il des pamphlets et plus précisément, du plus décrié des quatre : Bagatelles pour un massacre ? La haine antisémite est indéniable, mais on ne saurait pour autant balayer du revers condescendant de la main une œuvre polyphonique en diable ! Céline le prouve, notamment dans L’École des cadavres, l’antisémitisme a toujours eu droit de cité dans les œuvres des plus grands maîtres, aussi bien littéraires, philosophiques qu’évangéliques. – Pardon ? – Jésus, Saint-Paul ne seraient-ils pas les premiers des antisémites, anti- pharisiens jusqu’à l’os ? Mais c’est une autre histoire.

   Recontextualisons les choses. Lorsqu’il écrit ce deuxième pamphlet, Céline est de retour d’URSS. Il a déjà publié en 1936 Mea culpa, une démystification tous azimuts de l’idéologie communiste dont il est l’un des plus grands pourfendeurs. Bagatelles pour un massacre débute d’ailleurs avec la figure de sa guide russe Nathalie, « prosélytique à vous buter dans les cas d’urgence ». On croirait voir décrite la cohorte de tous les staliniens, d’hier ou d’aujourd’hui ; certes, les plus combatifs anti-fascistes qui soient, mais les plus dogmatiquement totalitaires aussi. Que voulez-vous ? La guerre des idéologies a traversé tout le XXe siècle. Il en reste des traces.

   Il paraît qu’il reste encore des nostalgiques de la lutte finale, des esprits chagrins soucieux de renverser les tables de la loi toujours inégalitaire ; comme si le pouvoir politique ne tirait pas toujours prestige d’écraser les faibles. Vraiment Louis-Ferdinand Céline, vous délirez ! « Ce qu’on appelle communisme, dans les milieux avancés, c’est la grande assurance-nougat, le parasitisme le plus perfectionné des âges... garanti admirablement par le servage absolu du prolétariat mondial... l’Universelle des Esclaves... ». Dans L’École des cadavres, le traître Céline, l’irrécupérable, l’indéfendable a cette formule d’une concision terrible et foudroyante : « L’âme des prolétaires : une envie... L’âme des bourgeois : une trouille... ». Indépassable !

   À lire Céline, que voulez-vous, tous les auteurs d’aujourd’hui ou presque paraissent fades et franchement pas comiques du tout. On ne démontrera pas que l’auteur de Voyage au bout de la nuit n’était pas antisémite ; on invitera les plumitifs pétris de ressentiment d’aiguiser ce qu'il leur reste de plume au contact du rire le plus aérien et virevoltant qui soit. Et oui, Céline s’est sans doute égaré dans les pamphlets – qu’il est aisé de juger le passé à l’aune de notre « impensable présent » comme l’écrivait justement Philippe Forest dans Le siècle des nuages – il n’en demeure pas moins l’un des plus grands auteurs comiques qui soit : « Hors la musique tout croule et rampe. » Les racistes de tout poil des temps présents peuvent encore en prendre de la graine. Crétins va !

Céline, Mea culpa – Bagatelles pour un massacre – L’École des cadavres – Les beaux draps, éditions pirates ou Denoël.

Céline pamphlétaire
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents