Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

olrach.overblog.com

olrach.overblog.com

Blog littéraire.


Chronique de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations.

Publié le 15 Octobre 2012, 12:14pm


            Habile chroniqueur de la vie parisienne et observateur aguerri de l'uniformisation qui métamorphose la société française, Benoît Duteurtre met en scène, dans son dernier roman, un jeune homme lui ressemblant comme deux gouttes d'eau, Jérôme Demortelle. A l'instar de Rastignac venu à Paris faire fortune, le protagoniste quitte Dieppe, sa ville natale puis, Rouen, où s'éteignent à petit feu ses espoirs d'adolescent. Poursuivre des études d'histoire de l'art, à l'orée des années 80, quand on est passionné de musique et sensible à l'émergence de courants contestataires et créatifs tels que le punk et la new-wave britanniques, n'est pas une mince affaire. Très vite, Jérôme va devenir un noctambule invétéré. Comme l'opéra et les salons aristocratiques représentaient pour le héros balzacien le sésame lui ouvrant les portes de la conquête sociale, les Bains-Douches et autres lieux interlopes d'un Paris désormais muséifié vont être les temples dans lesquels le jeune adolescent va s'initier aux frasques étincelantes de sa génération.
            Paris a été une fête, nous contait déjà un célèbre écrivain américain. Paris reste une fête intime pour celui qui sait encore déambuler. Le narrateur hésite d'ailleurs à conclure un roman haut en couleurs qui peint à la fois les dérives schizophréniques des papillons de nuit  et les bassesses familiales de ceux qui ironisent toujours à propos des ambitieux, paralysés qu'ils sont par une vie étriquée et normative. Il y a du Rimbaud chez ce mélomane qui finira par devenir écrivain. Vrai, les aubes sont navrantes mais les torpeurs toujours enivrantes. Paris est bel et bien fossilisée dans la mythologie de ses années folles, du début et de la fin du vingtième siècle, tout comme Athènes reste marquée par le siècle de Périclès et Florence par la Renaissance des couleurs et des formes. Les illusions se perdent moins qu'elles ne s'écoulent lentement pour finir dans la flaque d'eau morte des souvenirs. A nous deux, Paris ! est bien plus qu'un simple roman d'initiation teinté de mélancolie, il nous parle aussi avec lucidité de notre anxiété contemporaine ayant anéanti toute entreprise de révolte intime et de défi lancé au monde. 
 
Benoît Duteurtre, A nous deux, Paris!, Editions Fayard.

Chronique de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents