Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

olrach.overblog.com

olrach.overblog.com

Blog littéraire.


L'incertitude du présent.

Publié le 15 Octobre 2012, 18:28pm



C'est à la figure de son père, né à Mâcon, en 1921, que Philippe Forest s'attache dans son dernier roman et à la traversée qui fut sienne d'un siècle plein de bruits et de fureur. Rêvant de devenir pilote de ligne, à une époque où l'aviation relevait encore de la mythologie des héros qui avaient pour nom Lindbergh, Blériot ou Mermoz, celui-ci dut surseoir à ses projets alors qu'éclatait la seconde guerre mondiale. C'est alors un véritable voyage au bout de la nuit et loin des nuages qui voit le père du narrateur, fils de confiseur, accompagner sa future belle famille sur les routes de l'exode, aux alentours du 18 juin 1940 ; puis, traverser la Méditerranée pour rejoindre l'Algérie coloniale d'où il poursuivra des études agronomiques entreprises à Grenoble et assistera, en novembre 1942, au débarquement des forces anglo-américaines ainsi qu'à la spectaculaire volte-face de l'amiral Darlan, réussissant l'exploit de rester fidèle à la Révolution nationale initiée par Pétain, tout en soutenant l'engagement des forces d'Afrique du Nord dans le camp des alliés. Par la suite, il sera sélectionné pour intégrer l'Army Air Force et se rendra, traversant l'Atlantique sur un paquebot exposé en permanence au risque d'être anéanti par les forces ennemies, en Amérique du Nord d'où il apprendra à piloter mais où il découvrira aussi le désastre de la ségrégation raciale qui n'était pas l'apanage de la politique nazie.

Récit épique d'une jeunesse ayant réussi à passer à travers les mailles du filet de la guerre et réalisé un rêve d'adolescent ; ayant pu profiter, au lendemain de l'armistice, de la restructuration et de l'essor inouï de l'aéronautique française. Le Siècle des nuages se veut aussi le témoignage de la complexité même des parcours d'individus traversant l'écheveau d'une Histoire aux antipodes de la conception nihiliste que nous nous en faisons aujourd'hui, selon laquelle nous jugeons, dans le confort de notre impensable présent, les atermoiements et les errements de ceux qui, subissant la violence invincible du Temps, ne pouvaient bien souvent que choisir de suspendre leur jugement. Le roman de Forest, dans son classicisme même, se veut in fine contemporain d'un temps, à l'opposé du nôtre tragiquement spectral, où les familles se pressaient en masse le dimanche à Orly pour assister au spectacle bien réel des atterrissages et décollages qui avaient enchanté l'imaginaire vierge de Jean Forest, images de croyances et d'utopies, à ce jour, éteintes ; l'aviation, ayant été, au siècle des nuages, à la fois le merveilleux accomplissement de l'idéologie du Progrès et le point d'ancrage d'une entreprise de dévastation par l'homme de la nature et des individualités qui la composent.

Philippe Forest, Le Siècle des nuages, Editions Gallimard.

L'incertitude du présent.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents