Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

olrach.overblog.com

olrach.overblog.com

Blog littéraire.


La passion selon Bresson.

Publié le 15 Octobre 2012, 21:24pm


Anne Wiazemsky revient, dans Jeune fille, sur sa rencontre avec le cinéaste Robert Bresson et sur le tournage du film Au hasard Balthazar, pendant l’été 1965. Après avoir obtenu l’accord de son grand-père, François Mauriac, qui lui avouera son regret de ne pas faire lui-même de cinéma, la jeune fille accepte de se soumettre aux exigences et aux rituels profanes du metteur en scène.
Le tournage a lieu en banlieue parisienne, à Guyancourt. Anne partage avec le réalisateur l’étage d’une maison dans laquelle tous deux passeront l’été. Au cours de promenades nocturnes quotidiennes, Bresson, amoureux fou de son interprète, tentera à plusieurs reprises de l’embrasser. La jeune fille vient d’avoir ses dix-huit ans, le metteur en scène est un homme déjà vieillissant.

Jeune fille est beaucoup moins le récit de la genèse d’un film que celui originel d’un amour à la fois courtois, platonique et d’une sensualité pure, car Bresson est le cinéaste de l’incarnation. Au commencement, toujours est la voix, la chair même de l’âme, le mystère incarné de l’être. Anne Wiazemsky rend hommage, de façon troublante et essentielle, au génie d’un homme qui « ressemblait à un chevalier » et qui lança, par le biais de l’écriture cinématographique, un défi même à la Représentation. Alors que la jeune fille cèdera aux plaisirs furtifs et insouciants de l’adolescence, le vieil homme maintiendra intacte sa quête d’un amour synonyme de sacré, parfois aux confins du sadisme, dont ses chefs-d’œuvre témoignent encore… Dieu probablement ?

Anne WiazemskyJeune fille, Ed. Gallimard.

La passion selon Bresson.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents