Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

olrach.overblog.com

olrach.overblog.com

Blog littéraire.


Le désespoir est une défaite.

Publié par olrach sur 13 Février 2013, 20:44pm

 

   Il était une fois Mariana, une jeune prostituée ukrainienne à laquelle Yulia, une amie d'enfance, confia son fils, Hugo, afin de fuir le ghetto. L'enfant de onze ans réside, deux années durant, dans un réduit obscur et étriqué. Mariana nourrit son protégé dont elle finit par s'éprendre. En butte à la brutalité et aux caprices déshonorants des clients du bordel, Mariana trouve en Hugo un ami de coeur qu'elle initie aux plaisirs de l'alcôve et à l'espoir que représente toujours la tendresse d'une caresse ou d'un baiser. Souvent le jeune adolescent quittera la nuit son réduit pour se blottir dans les bras de sa mère d'adoption. Lorsque les russes, après avoir mis en déroute les allemands, prendront possession de la ville, les deux amis de coeur réunis par la violence criminelle des hommes de ce temps-là, fuiront. Mariana sera arrêtée, fusillée. Hugo retournera en son village où le gardien de l'école lui dira sa consternation de voir que les juifs peuvent revenir.


   La bassesse humaine est au coeur de ce récit tout aussi poignant que le sont les autres récits de Aharon Appelfeld. La bassesse n'est nullement une affaire de morale ou de politique mais elle réside bien plutôt dans l'indifférence au don et la résistance à accueillir en soi ou près de soi tout être livré à la fureur du Temps, âge de fer n'ayant peut-être eu ni commencement ni fin. En cela, Mariana la pute est bien la soeur consanguine de Yulia, pharmacienne ayant voué son temps libre à distribuer gratuitement des médicaments aux nécessiteux. La Chambre de Mariana ne constitue ni un réquisitoire contre la barbarie nazie ou l'idéologie communiste qui aura su prospérer sur la place laissée vacante de l'oubli de l'être mais la parabole de l'abandon de l'humanité, crime dont les nazis n'auront pas été les seuls coupables.

Aharon Appelfeld, La Chambre de Mariana, Editions de L'Olivier.

Le désespoir est une défaite.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents