Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

olrach.overblog.com

olrach.overblog.com

Blog littéraire.


Une énigme théologique.

Publié par olrach sur 28 Octobre 2012, 09:37am

       Nous sommes à l'été 1944, à Newark, dans le quartier juif de Weeqhahic, New Jersey. Une épidémie de polio décime les plus jeunes pendant que d'autres combattent sur plusieurs fronts pour mater les offensives nippone et allemande. Bucky Cantor, le protagoniste, est un professeur de gymnastique qui occupe la période estivale en dirigeant un terrain de jeux, croulant sous une chaleur inhabituelle. Avant la propagation de l'épidémie, Bucky avait dû affronter la provocation d'un groupe d'italiens venu d'un quartier voisin, unique victime du fléau. Soucieux d'en découdre avec la maladie, ces adolescents s'en prirent symboliquement à une communauté transformée en bouc émissaire d'un impossible salut. Leurs crachats n'intimidèrent pas le professeur qui, en dépit de sa capacité de résistance, décida de quitter la ville pour rejoindre Marcia, sa petite amie, dans les Poco Mountains. Là, pensait-il, le mal lui serait épargné. Dirigé par Mr Blomback, féru de civilisation indienne, le camp de vacances dans lequel il fut engagé organisait son temps en jeux collectifs et cérémonies rituelles à la limite du grotesque, au cours desquelles un adolescent déguisé en ours était symboliquement mis à mort. De son côté, sans le savoir, Bucky était porteur sain du virus et sa vie en sera tragiquement bouleversée.

        On songe à La Peste de Camus mais à l'allégorie politique, Philip Roth substitue une réflexion métaphysique sur l'énigme théologique que pose le mal. A plusieurs reprises, la foi de Cantor est ébranlée et celui-ci se demande s'il ne vaut pas mieux célébrer la puissance d'un soleil qui consume le destin d'adolescents qui, arrachés à la vie à l'âge de tous les possibles, auront toujours douze ans. L'invincibilité du professeur, lanceur de javelots et haltérophile incomparable, arrive à peine à masquer la toute puissance d'une violence d'autant plus insoutenable qu'elle est absurde et inconséquente. Dans ce dernier roman magistral, Philip Roth nous livre la confession gnostique déchirante d'un homme pour qui le divin aura été l'une des forces hostiles à notre existence ici-bas. Comment croire en un dieu qui finira par nous poignarder dans le dos? Déeesse grecque de la vengeance, Némésis sanctionnait la démesure humaine dont le péché, nous suggère l'auteur, ne réside que dans l'innocence et la difficulté à supporter le tragique. Bouleversant!

Philip Roth, Némésis, Collection "Du monde entier", Editions Gallimard.

 

Une énigme théologique.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents